Le monde d'Artamène

Utilisation des sources


L'utilisation de sources, contemporaines ou antiques, constitue un phénomène très important dans la composition du Grand Cyrus. Exploitées de différentes manières, elles sont cependant toutes traitées à valeur égale, indépendamment de leur nature : un texte poétique, comme les Héroïdes d’Ovide, un texte religieux comme la Bible sont pris en compte comme matériau au même titre que les textes d’Hérodote ou de Xénophon.

Un passage peut être retranscrit presque sans modification. L’exemple le plus important quantitativement est celui des relations de campagnes militaires du XVIIe siècle utilisées au profit des batailles du Grand Cyrus, - par exemple pour le récit de la bataille de Thybarra -, mais le procédé est fréquent aussi pour les textes d’Hérodote, Xénophon et des autres auteurs antiques.

Les Scudéry ont cependant pris la liberté de « corriger » occasionnellement les passages qu’ils transcrivent, ainsi qu'on peut le constater dans l’extrait racontant le passage du Ginde, clairement repris d’Hérodote, mais comportant quelques variantes.

A d’autres occasions, le texte original ne sert que d’inspiration. Les auteurs développent une description de lieu, de cérémonie, ou imaginent une histoire à partir d’un extrait antique. C’est le cas, par exemple, des bains des Thermopyles dont l’existence est simplement indiquée par Hérodote en tant que curiosités naturelles). Les Scudéry développent une partie de l’Histoire de Pisistrate à partir de cette mention, dépeignant en détail les bains et leur manière de fonctionner. De même, la description qu'offre Pline du malthe, une résine hautement inflammable, donne lieu à une scène mouvementée de la bataille contre Tomiris (texte).

Parfois plusieurs sources sont utilisées pour un même sujet, créant ainsi des mélanges d’informations. Cette pratique amène à s’interroger sur l’existence d’œuvres intermédiaires contemporaines des Scudéry.

Ces usages ne sont pas réservés au Grand Cyrus, mais sont plus généralement observables dans la manière dont sont traités les romans et les sources antiques au XVIIe siècle. L’Ibrahim de Georges de Scudéry ou certains romans de La Calprenède, par exemple, font un usage similaire de leurs sources. C'est le cas, notamment, pour les Sources antiques dans la «Cassandre» de La Calprenède.

JR




© Projet Cyrus.
La reproduction comme l'impression en sont réservées à un usage personnel. Pour toute question : equipe@artamene.org