Le monde d'Artamène

Justin


Parmi les auteurs cités comme source par les Scudéry dans leur avertissement au lecteur figure Justin, auteur d'une version abrégée des Histoires Philippiques de Trogue Pompée, intitulée Histoire universelle.

L'ouvrage de Trogue Pompée, écrit au Ier siècle de notre ère, tout en ayant pour but premier de retracer le destin de la monarchie macédonienne, parcourait l’histoire de tous les états ayant eu un lien avec ce royaume. Il ne subsiste plus rien aujourd’hui du texte original.

On sait très peu de choses de son abréviateur ; même son nom reste incertain. Justin, cité par Saint Jérôme et Saint Augustin, constitue par ailleurs une source principale pour Orose. Ainsi, on peut déterminer qu’il a vécu avant ces auteurs, c’est-à-dire avant le IVe siècle ap. J. C. Le plus souvent, on le situe au IIIe siècle.

Justin dit lui-même dans sa préface avoir extrait de Trogue Pompée ce qui était digne d’être connu et avoir éliminé ce qui n’était ni attrayant à apprendre, ni indispensable comme exemple. Pour cette raison, il est très difficile d’identifier, dans le Grand Cyrus, des passages en lien avec Justin, d’autant plus que le traité de son prédécesseur semble provenir lui-même d'une compilation latine des historiens grecs. Il offre donc presque partout, en tout cas pour ce qui concerne Cyrus, des résumés d’Hérodote ou Xénophon.

On peut toutefois suspecter une influence du texte de Justin dans un mouvement de la bataille contre Thomiris (Texte). Le Grand Cyrus le présente ainsi :

Grand Cyrus 9,3, p. 6533 : « Joint, adjousta-t'elle, qu'il nous sera bien plus avantageux de les combatre loin de l'Araxe, et dans cette Plaine qui est au milieu de ces Bois, dont nous sçavons tous les passages, et tous les Défilez, que si nous les combations plus prés du Pont qu'ils ont sur ce Fleuve. »

Le mouvement est présenté différemment par Hérodote :

Hdt, I,206 : « Pendant qu'il était occupé de ces travaux, Tomyris lui envoya un ambassadeur, qu'elle chargea de lui parler ainsi : « Roi des Mèdes, cesse de hâter une entreprise dont tu ignores si l'événement tournera à ton avantage, et, content de régner sur tes propres sujets, regarde-nous tranquillement régner sur les nôtres. Si tu ne veux pas suivre mes conseils, si tu préfères tout autre parti au repos, enfin si tu as tant d'envie d'éprouver tes forces contre celles des Massagètes, discontinue le pont que tu as commencé. Nous nous retirerons à trois journées de ce fleuve, pour te donner le temps de passer dans notre pays ; ou, si tu aimes mieux nous recevoir dans le tien, fais comme nous. » »

Justin supprime la possibilité de choix que mentionne Hérodote, et, comme le Grand Cyrus, l’expose comme une décision tranchée de Tomiris :

Justin, I,8 : « Les Scythes avaient alors pour reine Tomyris, qui, sans s'effrayer de l'approche des ennemis, qu'elle pouvait arrêter aux bords de l'Araxe, leur permit de le franchir, pour se ménager au sein de son royaume une victoire plus facile, et opposer l'obstacle du fleuve à la fuite de l'ennemi. »

Les points de rencontre restent cependant peu nombreux, en raison de la concision du texte de Justin.

JR




© Projet Cyrus.
La reproduction comme l'impression en sont réservées à un usage personnel. Pour toute question : equipe@artamene.org