Le monde d'Artamène

Jalousie et mélancolie


La jalousie présente des rapports étroits avec la mélancolie. Le frontispice du célèbre traité de Robert Burton fait figurer la passion jalouse en bonne place dans les tares associées à la mélancolie (voir en haut à gauche, la vignette portant le sous-titre de « zelotipia », représentant divers animaux réputés jaloux ― cygne, martin-pêcheur, héron, etc.).

La mélancolie est-elle cause ou effet de la jalousie ? Est-elle un symptôme ou une composante de la maladie ?

En fait, si le jaloux est mélancolique, et si le mélancolique est jaloux, c’est qu’ils ont en commun un tempérament soupçonneux.

Les mélancoliques sont généralement méfiants, anxieux, ils sont prompts à se tromper, à amplifier, ils se laissent facilement emporter par la colère, ils sont susceptibles, maussades, irritables, irascibles, ils se vexent à la moindre occasion, s’imaginent continuellement tenus à l’écart, négligés, méprisés. Chaque mot couvert en leur présence sera interprété de la façon la plus défavorable… (p. 185)

Les mélancoliques ont dès lors les plus grandes difficultés du monde à évoluer en société (voir Jalousie et valeurs mondaines).

CB




© Projet Cyrus.
La reproduction comme l'impression en sont réservées à un usage personnel. Pour toute question : equipe@artamene.org