Le monde d'Artamène

Hérodote


L’Enquête (ou les Histoires) d’Hérodote est, avec la Cyropédie de Xénophon, l’un des deux ouvrages les plus utilisés par les Scudéry pour la composition de leur roman. Le texte d’Hérodote se propose de retracer l’histoire des guerres médiques (490-479 av. J.-C.). Toutefois, ce fil conducteur devient le point de départ de nombreuses digressions, ce qui permet à l'auteur de s’intéresser aux peuples et leurs coutumes, à la géographie, à l’histoire (les faits marquants de la vie et du règne de Cyrus, prédécesseur du protagoniste perse des guerres médiques, y sont narrés en détail) et même aux curiosités naturelles.

Une traduction française, procurée par Pierre Du Ryer, venait de paraître en 1645, peu avant la publication du Grand Cyrus. L’utilisation intensive de l’œuvre hérodotienne dans le roman n’y est pas étrangère.

Au reste, les Scudéry citent clairement le livre d’Hérodote comme une de leurs sources dans leur avertissement au lecteur. En comparant les deux œuvres, on se rend rapidement compte qu'un grand nombre de passages sont inspirés ou extraits d’Hérodote, certains d’entre eux constituant même presque des retranscriptions françaises du texte grec. G. Penzkofer(1) relève les exemples les plus importants empruntés à l’Enquête. On constate qu’il s’agit parfois de sujets larges inspirés par Hérodote comme, par exemple, le récit de la naissance et de l’enfance de Cyrus (Hdt I,95-130), mais aussi de passages rapportant des événements ou des faits de civilisation précis : la description des sacrifices des Perses précédant la guerre de Lydie (Cyrus pp. 3465-3466) suit de très près le texte d’Hérodote consacré à la religion perse (I,131-132). L’utilisation de l'historien grec peut être également ponctuelle, ainsi que le démontrent certaines notations brèves d'origine clairement hérodotienne. C’est le cas dans « l’Histoire de Sesostris et Timarète », où, à la page 3875, on rencontre la phrase :

« car encore que la coustume des Egiptiens en general, ne soit pas de vouloir rien aprendre des autres Nations »

Cette remarque est extraite du livre d’Hérodote II,91 :

Les Egyptiens répugnent à adopter les usages des Grecs, et, pour tout dire d’un mot, ils ne veulent adopter ceux d’aucun autre peuple. Telle est la règle qu’ils observent en général.

Il semble donc que les Scudéry se fondaient sur une très bonne connaissance du texte, ce qui leur permettait d’insérer de courtes remarques aussi bien que des récits plus étendus. Les auteurs ne suivent cependant pas systématiquement Hérodote, prenant la liberté d’étoffer des passages qui leur semblaient appropriés ou d’en éliminer d’autres qu’ils ne souhaitaient pas inclure dans le texte (cf. utilisation des sources). N. Hepp (2) examine plus particulièrement la question des omissions des Scudéry dans leurs emprunts à Hérodote ou à Xénophon. Elle remarque que ne sont retenus que les sujets nobles : Cyrus ne se mêle pas à ses soldats ; il ne s’oppose jamais au roi ; ses compagnons sont tous de bonne naissance, et ainsi de suite. Les Scudéry trient donc les éléments en fonction de l’impression qu’ils souhaitent donner au lecteur. En plus d’effectuer une sélection à l’intérieur d’un même texte, les auteurs procèdent parfois des mélanges d’informations, en entremêlant des notations extraites d’Hérodote, Xénophon et d’autres auteurs (ceci est visible,par exemple dans la description du crocodile ou de la prise de Babylone).

On peut voir une exploitation de texte antique comparable à ce qui a été constaté ici en étudiant l'utilisation de Quinte-Curce dans la Cassandre

(1)Penzkofer, Gerard, «L'Art du mensonge». Erzählen als barocke Lügenkunst in den Romanen von Mademoiselle de Scudéry, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1998, pp. 71-76

(2)Hepp, Noemi, « L’utilisation d’Hérodote et de Xénophon dans le Grand Cyrus ou les tabous de Sapho » in A. Niderst, Les Trois Scudéry. Actes du Colloque du Havre, Paris, Klincksieck, 1993, pp.359-366

JR




© Projet Cyrus.
La reproduction comme l'impression en sont réservées à un usage personnel. Pour toute question : equipe@artamene.org