Artamène ou
le Grand Cyrus


Projets
CPEM

Le Règne d'Astrée
Molière 21

Navigation
 • Recherche de mots

 • Recherche de pages
 • Téléchargement

Texte
 • Synopsis
 • Partie 1
 • Partie 2
 • Partie 3
 • Partie 4
 • Partie 5
 • Partie 6
 • Partie 7
 • Partie 8
 • Partie 9
 • Partie 10
 • Illustrations

Encyclopédie
 • Sommaire
 • Nouveautés

Documents
 • Textes sources
 • Cartes
 • Bibliographie
 • Liens








 

   

 
accueil  |   projet   |   œuvre   |   édition   |   contacts     

Pierre Du Ryer


Pierre Du Ryer (1605-1658) n’est pas seulement un des dramaturges les plus importants du XVIIe siècle, auteur d’une vingtaine de pièces, en majorité des tragédies, dont Alcionée (1628) et Scévole (1647). Avant d’occuper une fonction d’historiographe du roi, il s’est également illustré comme traducteur.

Il a ainsi publié en 1645 une traduction des Histoires d’Hérodote dont les Scudéry ont tiré profit pour la rédaction du Grand Cyrus. Dans son rapport aux oeuvres antiques, Du Ryer, qui se rattache au courant des « belles infidèles » (bien mis en évidence pour les traductions au XVIIe siècle), n’hésite pas à modifier le texte d'origine afin de le faire mieux correspondre à un idéal esthétique français du XVIIe siècle. Il revendique cette approche du texte dans la préface de sa traduction d’Hérodote :

« Pour moy, j’ay gardé le charactere d’Herodote autant qu’il m’a esté possible, & que nostre langue me l’a pû permettre. J’ay comme luy répété de certaines choses : mais en quelques endroits j’ay retranché ces répétitions comme inutiles & superflües. Enfin, je me suis efforcé de ne pas déshonorer Herodote ; & si je n’ay pas fait tout ce qu’auroit pû faire un autre, au moins on doit loüer mon effort, puisque j’ay tasché de bien faire. » (p. 5r°) (1)

Outre celle d'Hérodote, Du Ryer a également réalisé des traductions de Polybe, Cicéron, Isocrate, Ovide et Tite-Live (cette dernière traduction a incontestablement joué un grand rôle dans la composition d'un autre roman des Scudéry, comme on le découvre en examinant les sources antiques dans la Clélie). Enfin, il a aussi achevé la traduction de Sénèque que Malherbe avait commencée et édité celle de Quinte-Curce réalisée par Vaugelas.

On peut accéder au texte de la traduction d'Hérodote de Du Ryer, en cliquant sur les liens proposés ci-dessous :

-Hérodote, extrait 1 (livre I, 5-216: l'histoire de Cyrus)

-Hérodote, extrait 2 (livre II, 150-182: Apries et Amasis; Egypte)

-Hérodote, extrait 3 (livre III, 38-47: le cachet de Polycrate)

(1) Cité par, E. Bury, « notes sur Pierre Du Ryer traducteur », in Pierre Du Ryer dramaturge et traducteur, Littératures classiques 42, printemps 2001,

JR



Sommaire | Nouveautés | Index | Imprimer | Accès rédacteurs

Rechercher:



Haut de la page ]