Artamène ou
le Grand Cyrus


Projets
CPEM

Le Règne d'Astrée
Molière 21

Navigation
 • Recherche de mots

 • Recherche de pages
 • Téléchargement

Texte
 • Synopsis
 • Partie 1
 • Partie 2
 • Partie 3
 • Partie 4
 • Partie 5
 • Partie 6
 • Partie 7
 • Partie 8
 • Partie 9
 • Partie 10
 • Illustrations

Encyclopédie
 • Sommaire
 • Nouveautés

Documents
 • Textes sources
 • Cartes
 • Bibliographie
 • Liens








 

   

 
accueil  |   projet   |   œuvre   |   édition   |   contacts     

Lettre équivoque


La communication écrite, comme toutes les formes de la communication humaine, comme l'ensemble du monde d'ici-bas, est le royaume des apparences. Offrant de multiples occasions d’équivoques, les textes rédigés nécessitent compétence d’interprétation et capacité de discernement. L’une et l’autre font défaut au jaloux, dont la raison est altérée sous l’effet de la passion (voir raison et passion).

Dès lors, le motif de la « lettre équivoque » sera fréquemment utilisé lorsqu’il est question de jalousie.

L’interprétation erronée d’une missive sera à l’origine de la jalousie de Mandane. Elle exercera un effet amplificateur sur celle d’Aglatidas (voir Aglatidas et la jalousie), sur celle du Rodrigo de Cicognini (et partant, sur son héritier, Don Garcie de Navarre).

Un cas de figure voisin est constitué par l’exemple de Phaon (voir jalousie de Phaon), qui fait l'expérience de la jalousie lors de la lecture de poèmes composés par la femme qu'il aime.

CB



Sommaire | Nouveautés | Index | Imprimer | Accès rédacteurs

Rechercher:



Haut de la page ]