Artamène ou
le Grand Cyrus


Projets
CPEM

Le Règne d'Astrée
Molière 21

Navigation
 • Recherche de mots

 • Recherche de pages
 • Téléchargement

Texte
 • Synopsis
 • Partie 1
 • Partie 2
 • Partie 3
 • Partie 4
 • Partie 5
 • Partie 6
 • Partie 7
 • Partie 8
 • Partie 9
 • Partie 10
 • Illustrations

Encyclopédie
 • Sommaire
 • Nouveautés

Documents
 • Textes sources
 • Cartes
 • Bibliographie
 • Liens








 

   

 
accueil  |   projet   |   œuvre   |   édition   |   contacts     

La réutilisation des «Bains des Thermopyles»


L’Histoire de Pisistrate (partie 9, livre 3) se déroule en grande partie aux bains des Thermopyles, lieu de villégiature réputé pour la qualité de ses eaux thermales. Les Scudéry tirent le cadre de ce récit d’un passage d’Hérodote (VII,1,76), avant de suivre en grande partie la Vie de Solon de Plutarque. Ces bains font partie des curiosités naturelles que l'on retrouve dans le roman.

Madeleine de Scudéry reprendra le même cadre pour une nouvelle historique qui paraîtra environ trente ans après la rédaction du Grand Cyrus sous le nom de « Les Bains des Thermopyles à la princesse de Milet » dans le recueil des Conversations sur divers sujets (1).

La description des lieux est quasiment identique à celle qu'on trouve dans le Grand Cyrus, inspirée par le texte d’Hérodote. Parfois un mot est remplacé par son synonyme, une partie de phrase est ajoutée ou supprimée, mais le reste est repris sans changement. Cependant, seules ces premières pages descriptives sont communes à l'histoire originale narrée dans le Grand Cyrus : tout lien avec le roman est rompu après la page 7 ; l’histoire, l’époque et les personnages sont tous différents. En effet, le récit se déroule à l’époque d’Alcibiade et de Socrate, c’est-à-dire dans la deuxième partie du Ve siècle avant J.-C. (le Grand Cyrus est situé au VIe siècle avant J.-C.)

Toutefois, tout comme Artamène, la nouvelle est inspirée par des sources antiques et contemporaines, notamment par la Vie d’Alcibiade de Plutarque, la Vie de Socrate de Diogène Laërce et une biographie de Socrate du XVIIe siècle par François Charpentier (1650).

Certes, ce n’est pas le seul texte extrait des romans des Scudéry que l’on retrouve ultérieurement dans un recueil de conversations : il en existe plusieurs autres, repris avec plus ou moins d’exactitude du Grand Cyrus et de la Clélie (2).

Ce qui est plus inhabituel est que cet extrait a fait l’objet d’une réédition (3) en 1732, pourvue des notes explicatives, faisant souvent référence aux textes sources. L’auteur de ces notes explique son intention dans l’avertissement :

«Ce n’est point pour prévenir le lecteur sur le mérite de cet ouvrage qu’on met icy un mot d’avertissement. Le nom de Mademoiselle de Scudéry qu’il porte, en fait un éloge assez complet. C’est seulement pour justifier la liberté qu’on a prise d’y joindre quelques petites Notes, qui auraient été plus amples si l’on n’avait crains que ce nouveau genre de Commentaire ne parut déplacé. Cependant, on les a crû de quelque utilité, puisque les personnes qui ne cherchent qu’à s’amuser, pourront en même tems s’instruire de la vérité de certains faits, sans qu’il leur en coûte aucune peine.»

L’annotateur souhaite donc que son livre remplisse un rôle éducatif et divertissant. On peut toutefois s’interroger sur ce qui est sous-entendu par un « nouveau genre de commentaire ». En effet, les notes de bas de page existaient alors depuis plusieurs décennies, puisqu’on en trouvait déjà dans le Dictionnaire Historique de Pierre Bayle (Rotterdam, 1697). Il est possible que la nouveauté concerne le contenu des notes qui fournissent des précisions géographiques, historiques et biographiques en plus des références aux sources de la nouvelle. On peut également envisager qu’il ait été inhabituel de trouver des notes informatives dans un texte narratif. En effet, lorsqu'il décrit les débuts de la note de bas de page, aux XVIIe et XVIIIe siècles, Anthony Grafton (4) n’évoque que des traités d'histoire. Dès lors, l’innovation pourrait avoir été de procurer des notes « instructives » dans un texte destiné à « divertir ».

JR

(1) M. de Scudéry, Conversations sur divers sujets, à Paris, chez Claude Barbin, 1680

(2) Voir, pour quelques exemples, le recueil édité par D. Denis (M. de Scudéry, « De l’air galant » et autres conversations, Paris, Champion, 1998).

(3) Les bains des Thermopyles à la Princesse de Milet, par feue Mademoiselle de Scudéry, Paris, 1732

(4) A. Grafton, The Footnote, a Curious History, 1988.



Sommaire | Nouveautés | Index | Imprimer | Accès rédacteurs

Rechercher:



Haut de la page ]