Artamène ou
le Grand Cyrus


Projets
CPEM

Le Règne d'Astrée
Molière 21

Navigation
 • Recherche de mots

 • Recherche de pages
 • Téléchargement

Texte
 • Synopsis
 • Partie 1
 • Partie 2
 • Partie 3
 • Partie 4
 • Partie 5
 • Partie 6
 • Partie 7
 • Partie 8
 • Partie 9
 • Partie 10
 • Illustrations

Encyclopédie
 • Sommaire
 • Nouveautés

Documents
 • Textes sources
 • Cartes
 • Bibliographie
 • Liens








 

   

 
accueil  |   projet   |   œuvre   |   édition   |   contacts     

Jalousie d'Otane


La jalousie d’Otane constitue le sujet principal de la « Suite de l’Histoire d’Aglatidas et d’Amestris » (texte)

Amestris a épousé Otane, qui lui déplaît profondément, par dépit du comportement jaloux d’Aglatidas. Or Otane, progressivement, va s’avérer lui aussi sujet à la jalousie. Il soupçonne Amestris d’aimer encore Aglatidas. Toute situation lui est suspecte : que son épouse fréquente le monde ou qu’elle le fuie, Otane interprète systématiquement ses actions au désavantage de son honneur conjugal. Sa jalousie prend une nouvelle intensité quand il découvre d’anciennes lettres d’Aglatidas à Amestris. Finalement, il perd la raison et part à la guerre s’enrôler dans le camp adverse (par la suite, on le croira mort, mais il ressurgira de manière inopinée, avant de perdre la vie dans un duel).

Otane représente l’exemple du mari jaloux. Son histoire comprend des composantes symétriquement inverses à celles de l’histoire d’Aglatidas (voir Aglatidas et la jalousie), l’amant jaloux. L’un et l’autre sont victimes de leur suspicion à l’égard des apparences (voir Apparences et évidence). Mais, contrairement à ceux d’Aglatidas, les soupçons d’infidélité d’Otane sont fondés. Son tort est de vouloir exiger plus que son statut de mari ne lui permet : une fidélité qui aille au-delà des marques de fidélité, jusqu’au « fond du cœur ». Si, dans le cas d’Aglatidas, la jalousie vient ruiner une relation amoureuse réciproque, dans le celui d’Otane, elle révèle une autre de ses conséquences nocives : l’oppression d’une femme que le lien conjugal réduit à la merci des inquisitions du mari tout-puissant.

CB



Sommaire | Nouveautés | Index | Imprimer | Accès rédacteurs

Rechercher:



Haut de la page ]