Artamène ou
le Grand Cyrus


Projets
CPEM

Le Règne d'Astrée
Molière 21

Navigation
 • Recherche de mots

 • Recherche de pages
 • Téléchargement

Texte
 • Synopsis
 • Partie 1
 • Partie 2
 • Partie 3
 • Partie 4
 • Partie 5
 • Partie 6
 • Partie 7
 • Partie 8
 • Partie 9
 • Partie 10
 • Illustrations

Encyclopédie
 • Sommaire
 • Nouveautés

Documents
 • Textes sources
 • Cartes
 • Bibliographie
 • Liens








 

   

 
accueil  |   projet   |   œuvre   |   édition   |   contacts     

Dépit amoureux


Le « dépit amoureux » (en français moderne, « dispute amoureuse ») est une scène type de la commedia dell’arte. Sa structure est la suivante. Deux amoureux, entre lesquels règne la plus parfaite harmonie, sont victimes d’un malentendu (propos mal interprétés, illusion perceptive) qui amène l’un d’entre eux à douter de la sincérité, voire de la fidélité, de l’autre. Le soupçon engendre la déception, puis le rejet, puis la prise à partie réciproque. L’entraînement irrésistible de la dispute, accentué par le rythme de l’interprétation scénique, amène les deux protagonistes à une discorde annonciatrice de rupture. La dynamique destructrice est rompue, soit par l’intervention d’un tiers, témoin des origines du malentendu, et capable par conséquent de le dissiper ; soit, plus fréquemment, par l’énergie propre de l’amour qui, transcendant la dispute, produit la réconciliation.

La scène de « dépit amoureux » a été exploitée à plusieurs reprises par Molière (voir Molière et la jalousie). Elle a même donné lieu à une pièce portant ce titre (Dépit amoureux, publiée en 1662, mais créée sans doute quelques années auparavant), dont une des composantes principales consiste dans une dispute du couple héros, s’étendant sur plusieurs scènes.

CB



Sommaire | Nouveautés | Index | Imprimer | Accès rédacteurs

Rechercher:



Haut de la page ]