Artamène ou
le Grand Cyrus


Projets
CPEM

Le Règne d'Astrée
Molière 21

Navigation
 • Recherche de mots

 • Recherche de pages
 • Téléchargement

Texte
 • Synopsis
 • Partie 1
 • Partie 2
 • Partie 3
 • Partie 4
 • Partie 5
 • Partie 6
 • Partie 7
 • Partie 8
 • Partie 9
 • Partie 10
 • Illustrations

Encyclopédie
 • Sommaire
 • Nouveautés

Documents
 • Textes sources
 • Cartes
 • Bibliographie
 • Liens








 

   

 
accueil  |   projet   |   œuvre   |   édition   |   contacts     

Conversation et condition féminine


Les conversations – activité de prédilection des milieux salonniers – font partie intégrante du tissu narratif des romans de Madeleine de Scudéry, reflétant en contrepoint de l’intrigue romanesque les réflexions menées par les mondains sur des questions diverses. L’augmentation progressive des conversations au fil du Grand Cyrus témoigne du développement de cette esthétique chez Madeleine de Scudéry, qui imprègnera l’ensemble de la Clélie.

Parmi les thématiques abordées dans Le Grand Cyrus, la condition féminine au sens large constitue un sujet de conversation privilégié, qui se ramifie en trois axes corollaires :

Les conversations sur la beauté
Les conversations sur le rôle des femmes au sein de la relation amoureuse
Les conversations sur l'instruction féminine

Or, si la conversation représente un espace de sociabilité, où les avis s’échangent dans le respect mutuel des positions divergentes, sans dessein d’aboutir à un consensus, l’évolution des différentes conversations, au sein de ces trois axes, témoigne de l’affirmation progressive de liberté et d’autodétermination pour les femmes. La polyphonie inhérente à chaque conversation n’empêche donc pas de déceler la cohérence d’une voix narrative, au fil des conversations, dont la position concernant la condition féminine coïnciderait avec la celle de l’auteur.

BS



Sommaire | Nouveautés | Index | Imprimer | Accès rédacteurs

Rechercher:



Haut de la page ]