Artamène ou
le Grand Cyrus


Projets
CPEM

Le Règne d'Astrée
Molière 21

Navigation
 • Recherche de mots

 • Recherche de pages
 • Téléchargement

Texte
 • Synopsis
 • Partie 1
 • Partie 2
 • Partie 3
 • Partie 4
 • Partie 5
 • Partie 6
 • Partie 7
 • Partie 8
 • Partie 9
 • Partie 10
 • Illustrations

Encyclopédie
 • Sommaire
 • Nouveautés

Documents
 • Textes sources
 • Cartes
 • Bibliographie
 • Liens








 

   

 
accueil  |   projet   |   œuvre   |   édition   |   contacts     


Modes d'affichages :   texte continu texte et images 
Impression :                   texte continu  texte paginé 
Fiches :                           masquer les fiches 
Navigation :                    masquer les résumés 
Taille du texte :             agrandir la police  réduire la police 
Aide :                               utilisation des options d'affichage 

   Page 1 de l'épitre dédicatoire de la partie 10

A MADAME
LA DUCHESSE
DE LONGUEVILLE.
MADAME,
Cyrus veut finir par ou il a commence : et vous rendre ses derniers devoirs, comme il vous a rendu ses premiers hommages. Vostre Altesse scait que dans la plus grande chaleur de la guerre, et durant la plus aigre animosite des Partis ; l'on a toujours veu vos Chiffres, vos Armes, vostre Nom, vos Livrees, et des Inscriptions a vostre gloire sur ses Drapeaux ; qu'il n'a point craint la rupture entre les Couronnes ; et qu'il vous a este trouver en des lieux ou il ne

   Page 2 de l'épitre dédicatoire de la partie 10

luy estoit pas possible d'aller, sans estre oblige de faire voir de quelle couleur estoit son Escharpe, et sans qu'on luy demandast QUI VIVE ? Si bien, MADAME, qu'apres avoir passé à travers des Armees Royalles, pour s'aquiter de ce qu'il vous devoit ; il n'a garde d'estre moins exact, en un temps ou les choses ont aucunement change de face : et ou l'on ne peut plus l'arrester, sans violler le droit des Gens, aussi bien que l'Amnistie. Il s'en va donc vous donner de nouveaux tesmoignages de la haute estime qu'il a pour vostre merite : et au lieu de porter ses Trophees a Persepolis ou a Ecbatane, il les va porter a Monstreuil-Bellay : afin qu'ils y soient tout a la fois des marques de sa servitude et de ses victoires. Comme je l'ay engage dans vos interests, je n'ay garde de condamner ce que je ferois moy mesme : et si vous honnorer et estre libre estoient des choses :

   Page 3 de l'épitre dédicatoire de la partie 10

incompatibles, ce seroit de la Bastille que je vous dirois que je suis et veux toujours estre.
MADAME,
De V. A.
Le tres humble, tres-obeïssant, et tres-passionné serviteur,
DE SCUDERY.




Haut de la page ]