Artamène ou
le Grand Cyrus


Projets
CPEM

Le Règne d'Astrée
Molière 21

Navigation
 • Recherche de mots

 • Recherche de pages
 • Téléchargement

Texte
 • Synopsis
 • Partie 1
 • Partie 2
 • Partie 3
 • Partie 4
 • Partie 5
 • Partie 6
 • Partie 7
 • Partie 8
 • Partie 9
 • Partie 10
 • Illustrations

Encyclopédie
 • Sommaire
 • Nouveautés

Documents
 • Textes sources
 • Cartes
 • Bibliographie
 • Liens








 

   

 
accueil  |   projet   |   œuvre   |   édition   |   contacts     

C'est à François Chauveau que l'on doit les quarante et une planches qui illustrent la première édition (1649-53) d'Artamène ou le Grand Cyrus de Madeleine de Scudéry, soit:

    - un médaillon représentant la duchesse de Longueville, accompagnant l’épître dédicatoire dans le premier et le dernier tome
    - dix frontispices allégoriques à l’orée de chacun des dix tomes (ou parties)
    - trente illustrations à raison d'une gravure à l’orée de chaque livre (rappelons que chaque tome ou partie comprend trois livres).

Si les frontispices ont été maintenus dans toutes les éditions postérieures, les illustrations, en revanche, ne figurent pas dans l'édition de 1656, dont nous avons reproduit le texte sur le site "Artamène". Compte tenu de leur importance documentaire, nous avons pris la liberté de mettre ces planches en lien avec notre édition (laquelle, dans les faits, diffère extrêmement peu de l'édition originale), en identifiant précisément la scène illustrée, et en renvoyant au lieu textuel afférent.

Frontispices et illustrations ont fait l'objet d'une description synthétique dans l'ouvrage de Diane Canivet (L'Illustration de la poésie et du roman français au XVIIe siècle, Paris, PUF, 1957, pp. 122-124).

L'ensemble des illustrations en ligne du Grand Cyrus provient d'une édition du roman appartenant à la Bibliothèque publique et universitaire de la Ville de Genève (tous droits réservés).

François Chauveau (1613-1676)

Dessinateur, graveur et peintre, François Chauveau est l'illustrateur par excellence des oeuvres de fiction du XVIIe siècle. Formé dans l'atelier de Laurent de la Hyre, il se spécialise dans l'art de l'eau-forte. Son talent lui permet rapidement d'entrer en relation avec les milieux cultivés de Paris. En 1663, il devient conseiller à l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Après avoir exécuté pour Louis XIV le Carrousel de 1662, il obtient le titre de Graveur du Roi ainsi qu'une pension.

François Chauveau laisse une œuvre magistrale de quelque mille six cents gravures, dont la majorité ont été exécutées d'après ses propres dessins. Les trois quarts de ses réalisations sont destinées à des oeuvres de fiction contemporaines: Artamène ou le Grand Cyrus et Clélie, histoire romaine de Madeleine de Scudéry, Le Roman comique de Paul Scarron, Clovis ou la France chrétienne de Jean Desmarets de Saint-Sorlin, Faramond ou l'Histoire de France de La Calprenède, Le Roman Bourgeois d'Antoine Furetière, etc. Il a également illustré des pièces de théâtre: Axiane de Scudéry, Rodogune de Pierre Corneille, Scévola de Pierre du Ryer, L'Ecole des Femmes de Molière ainsi que les Oeuvres de Racine.

Fidèles à l'esprit de l'époque, les illustrations réalisées par François Chauveau pour Artamène ou le Grand Cyrus cristallisent avec force et finesse les moments emblématiques du roman: si près de la moitié des illustrations sont destinées à souligner l'héroïsme des personnages lors des scènes de batailles, d'attaques, de sièges ou de duels, nombreuses sont celles qui esquissent une rencontre galante et furtive, qui accentuent un moment dramatique. Une moitié des estampes illustre les moments clefs du parcours de Cyrus tandis que l'autre moitié s'attache à son entourage proche, saisissant toujours des scènes marquantes. Mais la beauté des illustrations n'a d'égale que la variété de leur composition. Parmi les nombreuses scènes de batailles aucune ne ressemble à l'autre: qu'il s'agisse du mouvement des corps, des supports architecturaux, de la perspective, de la profondeur du paysage, de la géométrie des armes qui scandent la scène ou du jeu des ombres et des lumières, François Chauveau maîtrise l'art de la variation de façon à conférer à chaque illustration une identité propre. Dans la succession des illustrations, les scènes de batailles alternent avec d'autres sujets d'inspirations diverses : compositions véhémentes et dramatiques dans un paysage abrupt et rocailleux, scènes tendres et sereines au coeur de paysages idylliques, ou encore scènes fastueuses dans un décor de pompe et d'apparat. De cette façon, s'il parcourt les illustrations sans s'attacher au texte, l'oeil est toujours surpris, charmé. Toutefois les illustrations ne prennent tout leur sens qu'en regard du texte; seule la confrontation des deux systèmes sémiotiques révèle les subtilités de l'illustration, les enrichissements mutuels de sens.




Haut de la page ]